nos actualités

Vidéos, communiqués, événements, livres blancs, cas clients, revue de presse...

Le TREG®, Philippe Montargès nous raconte cette belle aventure !

6 mars 2017
treg

Philippe Montargès, runner confirmé, a participé au Half TREG® (90km) le 15 février 2017.  Au-delà du dépassement de soi, Philippe Montargès a été séduit par la dimension humaine du projet. En effet, les organisateurs ont associé la course  à la Région du Borkou ou de l’Ennedi en devenant partenaire de deux associations  AFRICA RUN et POINT AFRIQUE SOLIDARITE.

alter way a soutenu cette belle initiative reflétant nos valeurs notamment celles de la solidarité et de la performance. Pour l’occasion, Philippe Montargès a porté les couleurs d’alter way.

Philippe Montargès nous raconte cette belle aventure …

Pouvez-vous nous expliquer ce qui vous a poussé à participer au Treg 2017 ?

Ce qui m’a attiré dans cette aventure, c’est d’abord la région. Le trail s’est déroulé au cœur de l’Ennedi Tchadien, une région désertique magnifique, classée au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2015. Je voulais aussi me lancer un défi personnel à l’aune de mes 60 ans : courir une aussi longue distance, dans un tel climat, en auto-suffisance alimentaire, en auto-navigation (et donc de grands risques de se perdre !). Le tout d’une seule traite !

Les déserts m’ont toujours passionné, j’ai pas mal randonné dans les Sahara algérien, libyen, égyptien, marocain… J’ai aussi toujours aimé la course à pied, j’ai pu participer à 7-8 marathons ces 10 dernières années. J’ai plus récemment décidé de me lancer sur les courses natures, les trails et les courses plus longues. Au-delà de la course, vivre une aventure à la fois personnelle et collective c’est juste magique !

Bon et puis… je souhaitais aussi illustrer notre projet interne Build4Run.

Véronique Torner et moi-même sommes inscrits dans un projet fort de croissance pour alter way, avec Econocom à nos côtés. Ce challenge me paraissait aller en ce sens.

Nous nous sommes fixés un objectif ambitieux : passer de 10 à 40 millions d’€ de CA en 5 ans de 2015 à 2020 et devenir le 1er digital runner en France et en Europe. Cet objectif est atteignable par micro-étapes et faisant face aux aléas qu’on pourrait rencontrer. Le but étant d’arriver au bout, qu’importe l’allure c’est le résultat final qui compte.

Combien de temps de préparation vous a-t-il fallu ?

Je me suis inscrit en octobre. J’ai démarré la préparation en novembre, soit 3 mois de préparation. Découvrant la réalité du trail l’été dernier (dénivelé, sac de trail, sortie longue, alimentation, utilisation des bâtons, etc.) et l’inconnue que représentait pour moi une course d’une distance supérieure à un marathon je me suis astreint à un entrainement hybride : course à pied et sortie trail en pleine nature.

Quelques détails :

Sur la période novembre – janvier : un rythme de 3/4 sorties par semaine, avec une très longue sortie le samedi (entre 2h30 et 5h), soit environ 250 km mensuel mais à allure trail – mixant course à pied et marche rapide. Quelques sorties à Fontainebleau (notamment le parcours des 25 bosses – dans le massif des 3 pignons), plus quelques sorties de nuit avec la frontale (en pleine campagne et hors lumières artificielles) histoire de s’habituer à courir et marcher de nuit !

A quoi ressemble une séance « type » de préparation ?

C’est surtout une séance longue avec sac (5/6kg), un peu de ravitaillement, sur des terrains variés (plaines, sous-bois, relief, etc.), le tout par temps froid voire très froid au mois de janvier ! Il faut aussi alterner allure de cross et marche rapide avec bâtons (bâtons télescopiques en carbone pour le poids).

De retour en France, quel est votre ressenti de cette expérience extraordinaire ?

Heureux. Je suis ravi d’avoir atteint mon objectif sportif et aussi d’avoir vécu une aventure aussi forte. Il ne faut pas oublier que le Tchad est une région « à risques » puisque Boko Haram y est toujours présent.

Le camp de base du départ du Treg était situé aux portes de la Guelta Archeï, 1.000km au Nord de N’Djamena. J’ai eu l’impression à la fois de réaliser un rêve et de découvrir un autre monde, celui des Ultras et des treks longues distances.

J’ai aussi été surpris et touché par l’accueil de mes proches et amis. Les équipes d’alter way m’ont également suivi à distance les 15 et 16 février, ce qui a créé un vrai climat de partage et de stimulation.

J’ai écrit à mon retour dans l’avion ces quelques lignes qui traduisaient mon état d’esprit :

  • C’était dans l’Ennedi…
  • C’était mon premier Trail
  • C’était le paradis
  • C’était le désert qui s’éveille
  • C’étaient des femmes et des hommes exceptionnels
  • C’étaient des traces irrationnelles
  • C’étaient des trous noirs étoilés
  • C’étaient des barrières illimitées
  • C’était bientôt la fin alors que ce n’était que le début de tout…
  • C’était le bonheur d’être vivant et debout.
  • C’était mon premier Trail…
  • C’était dans l’Ennedi !

Quel(s) conseil(s), pourriez-vous donner à toute personne souhaitant se lancer dans le trail ?

Courir en endurance fondamentale* et se lancer. Le reste suit si la motivation est là. Ne jamais oublier que ce qui compte dans le trail, c’est d’arriver au bout !

Une dernière question NOUS taraude… 90 km de course dans le désert et en autosuffisance alimentaire, c’est fort ! Combien de kilos avez-vous perdus (rires) ? 

2, 5 kg … :) mais compensé par autant de volumes de pur bonheur !

 

*allure de course permettant au coureur d’être en totale aisance respiratoire.